Procès Bouaké : les Français n’avaient « pas l’ordre d’arrêter les pilotes », selon le commandant

Par

Les soldats français n’ont pas arrêté les pilotes qui venaient de bombarder un de leurs camps en 2004 en Côte d’Ivoire car ils n’en ont pas reçu l’ordre et que ce n’était pas la priorité à l’époque, a déclaré vendredi leur commandant sur place.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les soldats français n’ont pas arrêté les pilotes qui venaient de bombarder un de leurs camps en 2004 en Côte d’Ivoire car ils n’en ont pas reçu l’ordre et que ce n’était pas la priorité à l’époque, a déclaré vendredi leur commandant sur place.