Enquête pour « injure publique » après des accusations d’islamophobie à Sciences Po Grenoble

Par

Une enquête pour « injure publique » et « dégradation » a été ouverte par le parquet de Grenoble après des affiches anonymes dans l’enceinte de Sciences Po qui accusaient nommément deux professeurs d’islamophobie, a-t-on appris de source judiciaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une enquête pour « injure publique » et « dégradation » a été ouverte par le parquet de Grenoble après des affiches anonymes dans l’enceinte de Sciences Po qui accusaient nommément deux professeurs d’islamophobie, a-t-on appris de source judiciaire.