Chloroquine: visé par une enquête, un entrepreneur dénonce « une volonté de nuire »

Par

Le fondateur du groupe de chimie SNF à Andrézieux-Bouthéon (Loire), René Pich, visé par une enquête après avoir proposé de la chloroquine à ses salariés, a dénoncé mardi une « volonté de nuire » à l’heure « où de nombreux malades vont mourir ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le fondateur du groupe de chimie SNF à Andrézieux-Bouthéon (Loire), René Pich, visé par une enquête après avoir proposé de la chloroquine à ses salariés, a dénoncé mardi une « volonté de nuire » à l’heure « où de nombreux malades vont mourir ».