Brève

Autisme: «l'efficacité» de la psychanalyse reste à prouver, estime la Haute autorité de santé

Dans la prise en charge de l'autisme, la Haute autorité de santé est « opposée » au packing et estime que la psychanalyse n'a pas fait ses preuves.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

La Haute autorité de la santé et l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm) ont rendu publiques ce matin, jeudi 8 mars, leurs « recommandations de bonnes pratiques professionnelles pour l'accompagnement des personnes avec autisme ou autres troubles envahissants du développement ».
Deux points importants s'en détachent. D'abord, les rédacteurs se gardent de recommander les interventions fondées sur une approche psychanalytique, dont la pertinence ne peut être appréciée « en l'absence de données sur leur efficacité et de la divergence des avis exprimés ». Ce n'est pas officiellement une non-recommandation, précisent les responsables de la HAS, mais, au vu des débats passionnels qui, depuis des mois, entourent la question, ils entendent, disent-ils, seulement souligner « que la psychanalyse ne fait pas consensus » parmi les 145 experts auditionnés en deux ans.
Le second point concerne le packing. Cette méthode qui consiste à envelopper l'enfant dans des linges humides, puis à l'entourer tandis qu'il se réchauffe, n'est pas considérée comme « pertinente ». La HAS et l'Anesm sont donc « formellement opposées à l'utilisation de cette pratique » en dehors des protocoles de recherches autorisés. Le professeur Pierre Delion, violemment mis en cause ces derniers mois, pourra donc continuer son travail de recherche mais sans le soutien franc de ces autorités.
En dehors de ces deux points qu'il faut replacer dans le débat passionnel sur l'apport de la psychanalyse dans la prise en charge des enfants autistes, la HAS et l'Ansem insistent sur l'importance du diagnostic précoce, sur la nécessaire coordination des professionnel et sur la continuité de la prise en charge des patients. Le tout en associant la famille du patient.
Pour retrouver les principaux textes en format PDF, cliquer ici (pour l'Ansem), et (pour la HAS).

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Santé — Parti pris
par Caroline Coq-Chodorge
À l’air libre
par à l’air libre
Industrie — Parti pris
par Martine Orange
Sports
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Blanquer, l’école à la renverse
Profs, élus, ils bricolent pour faire tenir l’école en temps de pandémie
Parmi les ressorts de la colère contre le ministre de l’éducation nationale, l’impression de devoir composer depuis des mois avec des bouts de ficelle arrive en bonne place. Pour pallier les manques et retards de l’État, enseignants et élus locaux se mobilisent comme ils peuvent.
par Mathilde Goanec
Financement de la vie politique — Enquête
Macron 2017 : l’enquête interdite
Un service du ministère de l’intérieur a alerté, en 2019, sur des prestations de sécurité pendant la campagne présidentielle « vraisemblablement réalisées dans des conditions illégales ». L’affaire, potentiellement embarrassante pour l’Élysée, a été enterrée. Nos révélations.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Blanquer, l’école à la renverse — Reportage
Grève à l’école : « Nous sommes au point de rupture »
Des dizaines de milliers de personnes dans les rues, une forte proportion de grévistes, et une mobilisation qualifiée d’« historique » par ses organisateurs. Jeudi, les personnels des écoles, collèges et lycées ont exprimé leur « ras-le-bol » de Jean-Michel Blanquer.
par Lucie Delaporte, Dan Israel, Khedidja Zerouali et Manuel Sanson
Santé
Variant Omicron : le dernier grand faucheur ?
Apparu après Alpha et Delta, Omicron ne clôturera pas le bal des variants. Mais il pourrait marquer le début de la fin pour les formes graves du Covid-19, estiment plusieurs experts. Voici pourquoi.
par Lise Barnéoud

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik