Détenus retrouvés morts au Tchad: la thèse de l’empoisonnement écartée

Par

Les 44 prisonniers morts en détention au Tchad en avril n’ont pas été empoisonnés mais ont succombé à de mauvaises conditions de détention, selon une enquête de la Commission nationale des droits de l’Homme rendue vendredi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les 44 prisonniers morts en détention au Tchad en avril n’ont pas été empoisonnés mais ont succombé à de mauvaises conditions de détention, selon une enquête de la Commission nationale des droits de l’Homme rendue vendredi.