« Biens mal acquis »: trois ans avec sursis et 30 millions d’euros d’amende en appel pour Teodorin Obiang

Par

La cour d’appel de Paris a condamné lundi Teodorin Obiang, vice-président de Guinée équatoriale, à trois ans de prison avec sursis et 30 millions d’euros d’amende pour s’être frauduleusement bâti un patrimoine considérable en France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La cour d’appel de Paris a condamné lundi Teodorin Obiang, vice-président de Guinée équatoriale, à trois ans de prison avec sursis et 30 millions d’euros d’amende pour s’être frauduleusement bâti un patrimoine considérable en France.