Les deux chercheurs français détenus en Iran bientôt jugés, redoutent de lourdes peines

Par

Les deux chercheurs français détenus en Iran redoutent d’être condamnés à de lourdes peines lors de leur procès qui pourrait se tenir avant la fête de Norouz, le nouvel an persan, le 20 mars, a annoncé lundi leur comité de soutien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les deux chercheurs français détenus en Iran redoutent d’être condamnés à de lourdes peines lors de leur procès qui pourrait se tenir avant la fête de Norouz, le nouvel an persan, le 20 mars, a annoncé lundi leur comité de soutien.