Report du procès de militants après la dégradation d’une banque à Nice

Par

Neuf personnes, dont trois militants d’Attac et un d’Extinction Rebellion, poursuivis pour avoir sali la façade d’une agence bancaire à Nice, ont comparu lundi mais leur procès, dénoncé comme « disproportionné » par leurs soutiens, a été renvoyé en raison de la grève des avocats.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Neuf personnes, dont trois militants d’Attac et un d’Extinction Rebellion, poursuivis pour avoir sali la façade d’une agence bancaire à Nice, ont comparu lundi mais leur procès, dénoncé comme « disproportionné » par leurs soutiens, a été renvoyé en raison de la grève des avocats.