L’Etat viole les « droits fondamentaux » des migrants à Calais et Grande-Synthe

Par

La Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) a dénoncé jeudi la violation des « droits fondamentaux » des exilés à Calais et Grande-Synthe, où les migrants se trouvent dans un « extrême dénuement » en raison des démantèlements quasi-quotidiens de leurs lieux de vie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) a dénoncé jeudi la violation des « droits fondamentaux » des exilés à Calais et Grande-Synthe, où les migrants se trouvent dans un « extrême dénuement » en raison des démantèlements quasi-quotidiens de leurs lieux de vie.