Comment la post-colonialité réinvente les différences (1/2)

Par

Que sont les études post-coloniales ? Un regard critique, parfois soupçonneux et souvent fécond, sur l'autocélébration occidentale trop longtemps à l'œuvre. Emmanuelle Saada, Souleymane Bachir Diagne, Mamadou Diouf et Jean-François Bayart définissent et discutent une telle remise en cause, radicale et foisonnante.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On n'en a jamais fini avec les rapports de domination ! Il n'y a pas un avant puis un après, mais un continuum. Et l'histoire ne saurait plus se résumer à un cheminement vers le progrès impulsé par l'Occident. Une telle vision, aussi linéaire qu'hégémonique, a été battue en brèche, à la fin des années 1970, par les “études subalternes” – qui explorent la force marginale et pourtant motrice des couches assujetties. Ce courant d'inspiration gramscienne a eu pour figures de proue l'historien Ranajit Guha (né au Bengale en 1923) et la théoricienne de la littérature Gayatri Chakravorty Spivak (née à Calcutta en 1942). Une telle réappropriation radicale, de la part d'intellectuels du Sud, d'une critique non seulement politique ou sociale mais culturelle, s'inscrit dans une nébuleuse passionnante : les études post-coloniales.