France/champagne: prison ferme et relaxe pour des accusés de traite d’êtres humains

Par

Poursuivis pour avoir fourni de la main d’oeuvre employée dans des conditions indignes, les gérants d’une société de prestations viticoles ont été reconnus coupables vendredi de « trafic d’êtres humains » par un tribunal français, qui a relaxé un responsable de la maison de champagne Veuve-Clicquot.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Poursuivis pour avoir fourni de la main d’oeuvre employée dans des conditions indignes, les gérants d’une société de prestations viticoles ont été reconnus coupables vendredi de « trafic d’êtres humains » par un tribunal français, qui a relaxé un responsable de la maison de champagne Veuve-Clicquot.