Caisse des dépôts : Romanet va passer à la trappe

Par

De peur de créer une polémique, Nicolas Sarkozy renvoie à l'après-présidentielle la nomination du futur patron de la très puissante Caisse des dépôts et consignations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lors de ses vœux aux parlementaires, mardi soir à l'Elysée, le chef de l'Etat s'est engagé à ce qu'aucun poste vacant ne soit pourvu, d'ici à l'échéance électorale, « lorsqu'il s'agit de responsables d'établissements publics » ou d'« entreprises publiques » qui « jouent un rôle essentiel dans la mise en œuvre de la politique économique et sociale de la nation ». « Les derniers mois ne sont pa propices aux nominations (...) C'est cela la République exemplaire », a-t-il insisté.