Procès Bouaké: « on m’avait demandé de ne pas m’occuper de la Côte d’Ivoire » (Barnier)

Par

L’ex-ministre français des Affaires étrangères Michel Barnier a renvoyé sur l’Elysée et l’armée la responsabilité des décisions françaises après le bombardement de Bouaké en 2004, le président Jacques Chirac lui avait dit « de ne pas (s)’occuper de la Côte d’Ivoire ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’ex-ministre français des Affaires étrangères Michel Barnier a renvoyé sur l’Elysée et l’armée la responsabilité des décisions françaises après le bombardement de Bouaké en 2004, le président Jacques Chirac lui avait dit « de ne pas (s)’occuper de la Côte d’Ivoire ».