Chine: le numéro un du Hubei, berceau de l’épidémie, démis de ses fonctions

Par

Le numéro un de la province chinoise du Hubei, berceau de l’épidémie de pneumonie virale Covid-19, a été démis de ses fonctions, a annoncé jeudi l’agence de presse Chine nouvelle.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Le numéro un de la province chinoise du Hubei, berceau de l’épidémie de pneumonie virale Covid-19, a été démis de ses fonctions, a annoncé jeudi l’agence de presse Chine nouvelle.

Jiang Chaoliang, secrétaire du Parti communiste chinois (PCC) pour la province située dans le centre du pays, a été remplacé par le maire de Shanghai, Ying Yong, a précisé le média officiel.

Cette annonce survient alors que le bilan de l’épidémie a grimpé jeudi à près de 60.000 cas de contamination dont au moins 1.355 mortels, en très grande majorité au Hubei, où le virus est apparu en décembre.

Les têtes ont commencé à tomber en début de semaine au Hubei, à la suite de vives critiques dans l’opinion publique au sujet de la gestion de la crise.

Les deux principaux responsables de la Commission provinciale (ministère) de la Santé ont ainsi déjà été remplacés.

La colère est vive depuis quelques semaines, les autorités étant accusées par une grande partie des citoyens d’avoir tardé à réagir face aux premiers cas de la maladie, apparue sur un marché de Wuhan, le chef-lieu provincial.

Un mécontentement qui s’est transformé en fureur après la mort vendredi de Li Wenliang, 34 ans, l’un des premiers médecins à avoir alerté sur l’émergence de l’épidémie. Réprimandé par la police qui l’accusait de propager des « rumeurs », il avait lui-même été contaminé.

Il fait désormais figure de héros national face à des responsables locaux accusés d’avoir cherché à étouffer ses révélations.

La quasi-totalité du Hubei a été mis le 23 novembre de facto sous quarantaine, avec quelque 56 millions d’habitants empêchés de quitter la province.

Le président Xi Jinping a déclaré mercredi distinguer une « évolution positive » de l’épidémie à la suite des « mesures fortes » prises par le régime communiste.

Mediapart n’a pas participé à la rédaction de cette dépêche, qui fait partie du flux automatisé de l’Agence France-Presse (AFP). L’AFP est une agence de presse mondiale d’origine française fournissant des informations rapides, vérifiées et complètes sur les événements qui font l’actualité nationale et internationale, utilisables directement par tous types de médias. En savoir plus.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous