Pakistan/viol collectif: le Premier ministre pour la castration chimique

Par

Le Premier ministre pakistanais s’est prononcé lundi pour la castration chimique après qu’un viol collectif a provoqué un tollé national, un cadre de la police ayant notamment semblé blâmer la victime parce qu’elle conduisait la nuit sans compagnon masculin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Premier ministre pakistanais s’est prononcé lundi pour la castration chimique après qu’un viol collectif a provoqué un tollé national, un cadre de la police ayant notamment semblé blâmer la victime parce qu’elle conduisait la nuit sans compagnon masculin.