A Tokyo, des transfuges nord-coréens demandent des comptes à Kim Jong Un

Par

Des transfuges nord-coréens ont symboliquement mis le dirigeant Kim Jong Un sur le banc des accusés jeudi à Tokyo pour lui demander des comptes sur un ancien programme de rapatriement depuis le Japon, qualifié de « kidnapping d’Etat ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des transfuges nord-coréens ont symboliquement mis le dirigeant Kim Jong Un sur le banc des accusés jeudi à Tokyo pour lui demander des comptes sur un ancien programme de rapatriement depuis le Japon, qualifié de « kidnapping d’Etat ».