La Méditerranée ronge le refuge d’Amalia, nostalgique d’un « paradis perdu »

Par

Réfugiée de la guerre d’Espagne, la famille d’Amalia Romero avait réussi à construire sa maison sur les bords de la Méditerranée dans le sud de la France. Aujourd’hui, sur cette côte vulnérable au changement climatique, la mer « mange » le refuge d’une vie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Réfugiée de la guerre d’Espagne, la famille d’Amalia Romero avait réussi à construire sa maison sur les bords de la Méditerranée dans le sud de la France. Aujourd’hui, sur cette côte vulnérable au changement climatique, la mer « mange » le refuge d’une vie.