De la nature des Indignés

Par

Le sociologue Albert Ogien retrace la généalogie, les caractéristiques et les aboutissants possibles qu'induit le mouvement des Indignés, qui tente d'imposer un tournant démocratique à une planète en proie à la folie financière. Cavalcade en trois vidéos, de l'Amérique à la Chine, en passant par la Grèce, l'Espagne, le Portugal, la France et la Russie...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le magazine américain Time vient de sacrer les Indignés «personnalité de l'année 2011». Comment les appréhender de manière moins folklorique? Pour Mediapart, le sociologue Albert Ogien, directeur du centre d'études des mouvements sociaux de l'Ehess (École des hautes études en sciences sociales), co-auteur (avec la philosophe Sandra Laugier) de Pourquoi désobéir en démocratie? (La Découverte, 2010), analyse ce mouvement sans leader ni programme, animé par une jeunesse souvent diplômée, bloquée au seuil d'un monde grippé. (Albert Ogien mentionne dans cette première vidéo les recherches de son étudiante Eirini Gaitanou, qui prépare une thèse intitulée: «Émeutes, révoltes, rassemblements: nouvelles formes et caractéristiques des mouvements sociaux et de désobéissance politique en Grèce contemporaine».)