France-Algérie: les harkis veulent un travail mémoriel « sans falsification »

Par

Les harkis demandent un travail « sans parti pris idéologique, ni falsification » à l’historien français Benjamin Stora chargé, avec un expert algérien, d’une mission sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie », alors que l’Algérie veut les exclure de cette réflexion.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les harkis demandent un travail « sans parti pris idéologique, ni falsification » à l’historien français Benjamin Stora chargé, avec un expert algérien, d’une mission sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie », alors que l’Algérie veut les exclure de cette réflexion.