« Dieu, l’eau et nous »: quand des migrants traversent la Manche

Par

L’Angleterre ! Après des années d’errance, des semaines d’attente dans un camp insalubre sur la côte française, sept heures d’angoisse sur un pneumatique ballotté par la Manche, le Koweïtien Walid a réussi son pari: la traversée de la « route de la mort ». Son ami Falah attend toujours.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Angleterre ! Après des années d’errance, des semaines d’attente dans un camp insalubre sur la côte française, sept heures d’angoisse sur un pneumatique ballotté par la Manche, le Koweïtien Walid a réussi son pari: la traversée de la « route de la mort ». Son ami Falah attend toujours.