Contrats liés au coronavirus: l’exécutif britannique a manqué de transparence (rapport)

Par

Le gouvernement britannique a manqué de transparence dans l’attribution pour 18 milliards de livres (20,1 milliards d’euros) de contrats d’approvisionnement et de services dans le cadre de la pandémie, a constaté le contrôleur des comptes britannique dans un rapport publié mercredi.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Le gouvernement britannique a manqué de transparence dans l’attribution pour 18 milliards de livres (20,1 milliards d’euros) de contrats d’approvisionnement et de services dans le cadre de la pandémie, a constaté le contrôleur des comptes britannique dans un rapport publié mercredi.

Au début de la pandémie, le gouvernement a dû acheter dans l’urgence des équipements de protection individuelle pour les soignants, dans un marché mondial très tendu. « Nous reconnaissons qu’il s’agissait de circonstances exceptionnelles », a souligné Gareth Davies, le patron du National Audit Office (NAO), organe chargé de contrôler les dépenses publiques.

« Mais il demeure essentiel que ces décisions soient correctement documentées et transparentes si le gouvernement souhaite maintenir la confiance du public dans le fait que l’argent des contribuables est dépensé de manière appropriée et juste », a-t-il ajouté.

Or, « les éléments exposés dans notre rapport montrent que ces normes de transparence et de documentation n’ont pas été systématiquement observées durant la première phase de la pandémie », a-t-il poursuivi.

« Je suis très fier de ce qui a été accompli », s’est défendu mercredi devant les députés le Premier ministre conservateur Boris Johnson, faisant valoir que son gouvernement avait « remué ciel et terre » pour procurer aux personnels de santé les équipements de protection dont ils avaient besoin.

Selon le NAO, à la date du 31 juillet, plus de 8.600 contrats d’une valeur totale de 18 milliards de livres sterling avaient été attribués, dont 10,5 milliards de livres sans appels d’offres.

Une « voie hautement prioritaire » avait été mise en place pour favoriser les entreprises recommandées par des ministères, des fonctionnaires, des parlementaires ou des dirigeants du service public de santé (NHS). Certains contrats ont aussi été décernés rétroactivement.

La publication de ce rapport de la NAO intervient alors que les partis de l’opposition reprochent au gouvernement d’avoir favorisé des proches ou des donateurs du Parti conservateur dans l’attribution de ces lucratifs contrats.

L’exécutif avait invoqué une situation d’urgence pour contourner les règles en matière d’appels d’offres. « Nous faisions face à une situation très difficile où partout dans le monde on n’avait pas passez d’équipements de protection », a déclaré Boris Johnson.

Le rapport du contrôleur des comptes cite notamment des entreprises liées à des ministres, actives dans les relations publiques ou l’intelligence artificielle, qui se sont vu attribuer des contrats de manière accélérée. Il n’évoque néanmoins aucune irrégularité, mais a souligné un manque de transparence.

Le journal The Sunday Times avait affirmé dimanche que le gouvernement avait attribué pour 1,5 milliard de livres de contrats à des entreprises liées aux tories lors de la première vague, suscitant des accusations de favoritisme rejetées par l’exécutif.

Meg Hillier, présidente de la Commission des Comptes publics de la Chambre des Communes, avait estimé que ce manque de transparence pourrait être « la partie émergée de l’iceberg ».

« En n’étant pas transparent » à propos de la date et l’objet de ces contrats, le gouvernement s’expose à ces « accusations », a-t-elle ajouté sur BBC News.

Mediapart n’a pas participé à la rédaction de cette dépêche, qui fait partie du flux automatisé de l’Agence France-Presse (AFP). L’AFP est une agence de presse mondiale d’origine française fournissant des informations rapides, vérifiées et complètes sur les événements qui font l’actualité nationale et internationale, utilisables directement par tous types de médias. En savoir plus.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous