GB: Johnson veut séduire les dirigeants africains, lors d’un sommet sur l’investissement

Par

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, doit rencontrer lundi seize dirigeants africains lors d’un sommet sur l’investissement, qui vise à élargir le panel des partenaires commerciaux du Royaume-Uni, alors que celui-ci s’apprête à sortir de l’Union européenne, a annoncé Downing Street dimanche dans un communiqué.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, doit rencontrer lundi seize dirigeants africains lors d’un sommet sur l’investissement, qui vise à élargir le panel des partenaires commerciaux du Royaume-Uni, alors que celui-ci s’apprête à sortir de l’Union européenne, a annoncé Downing Street dimanche dans un communiqué.

Le tout premier sommet Royaume-Uni-Afrique de l’investissement, qui aura lieu à Londres et réunira dirigeants et chefs d’entreprises des pays concernés, fait suite à la tournée en Afrique subsaharienne en 2018 de l’ancienne Première ministre conservatrice, Theresa May, la première qu’un dirigeant britannique effectuait en cinq ans.

Le Royaume-Uni est à la recherche de nouveaux partenaires commerciaux, alors que le Brexit, prévu au 31 janvier, mettra fin à 47 ans de vie commune et d’échanges privilégiés avec l’Union européenne.

Devant les 16 dirigeants des 21 pays représentés, Boris Johnson plaidera pour que le Royaume-Uni devienne l’« investisseur de choix » des pays africains, le communiqué de Downing Street promettant l’annonce de plusieurs « accords valant des milliards de livres ».

Le Premier ministre conservateur devrait aussi annoncer la fin du soutien britannique à l’exploitation thermique des mines de charbon et des centrales électriques fonctionnant au charbon, en mettant un terme à son aide publique au développement.

« Tous les investissement reflèteront l’engagement du Premier ministre à construire des relations durables et avec l’Afrique, fondées sur nos valeurs et nos normes élevées », détaille le communiqué, rappelant que le Royaume-Uni s’était auparavant engagé à « aider l’Afrique à passer des énergies fossiles aux énergies propres, renouvelables et durables ».

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le président kényan Uhuru Kenyatta sont attendus au sommet, tout comme le dirigeant nigérian Muhammadu Buhari et le ghanéen Nana Akufo-Addo.

Du côté britannnique, seront présents le ministre des Affaires étrangère, Dominic Raab, le ministre du Développement, Alok Sharma, la ministre du Commerce, Liz Truss, ainsi que la ministre des Entreprises, Andrea Leadsom.

« L’aide britannique combat le changement climatique et soutient les entrepreneuses », a déclaré dans un communiqué séparé le ministre du Développement, soulignant « l’énorme » potentiel économique de l’Afrique, qui dispose selon lui de « 8 des 15 économies à la croissance la plus rapide ».

Après le sommet, les chefs d’État et de nombreux chefs d’entreprises seront reçus à Buckingham Palace par le prince William.

Mediapart n’a pas participé à la rédaction de cette dépêche, qui fait partie du flux automatisé de l’Agence France-Presse (AFP). L’AFP est une agence de presse mondiale d’origine française fournissant des informations rapides, vérifiées et complètes sur les événements qui font l’actualité nationale et internationale, utilisables directement par tous types de médias. En savoir plus.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous