Affaire Ramadan : pour son nouvel avocat, la notion d’emprise est « tardive » et « opportuniste »

Par

Le nouvel avocat de Tariq Ramadan, mis en examen pour quatre viols qu’il conteste, a dénoncé mercredi le recours « opportuniste » à la notion d’« emprise » - qu’il aurait exercée sur deux de ses accusatrices-, destinée selon lui à pallier la faiblesse des accusations, après deux ans et demi d’investigations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le nouvel avocat de Tariq Ramadan, mis en examen pour quatre viols qu’il conteste, a dénoncé mercredi le recours « opportuniste » à la notion d’« emprise » - qu’il aurait exercée sur deux de ses accusatrices-, destinée selon lui à pallier la faiblesse des accusations, après deux ans et demi d’investigations.