Refoulement de migrants: Frontex dit n’avoir pas trouvé de preuves

Par

Le conseil d’administration de Frontex, l’agence de surveillance des frontières de l’UE, a déclaré jeudi n’avoir pas trouvé de preuves de violations des droits de l’homme dans les cas qu’elle a examinés à la suite d’accusations de refoulements illégaux de migrants notamment en mer Egée, de Grèce vers la Turquie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le conseil d’administration de Frontex, l’agence de surveillance des frontières de l’UE, a déclaré jeudi n’avoir pas trouvé de preuves de violations des droits de l’homme dans les cas qu’elle a examinés à la suite d’accusations de refoulements illégaux de migrants notamment en mer Egée, de Grèce vers la Turquie.