Marseille donne à une avenue le nom d’Ibrahim Ali, une victime de l’extrême droite

Par

Le maire socialiste de Marseille a baptisé dimanche une avenue de la deuxième ville de France du nom d’Ibrahim Ali, un adolescent franco-comorien tué il y a 26 ans par un colleur d’affiche du Front national (extrême droite).

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le maire socialiste de Marseille a baptisé dimanche une avenue de la deuxième ville de France du nom d’Ibrahim Ali, un adolescent franco-comorien tué il y a 26 ans par un colleur d’affiche du Front national (extrême droite).