Facebook était en retard face aux interférences électorales, reconnaît Zuckerbeg

Par

Le patron de Facebook Mark Zuckerberg a reconnu que son réseau social était en retard en matière de lutte contre les interférences lors de la présidentielle américaine de 2016 et s’est dit « confiant » de pouvoir « protéger l’intégrité » de la prochaine élection, dans une interview à la BBC jeudi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le patron de Facebook Mark Zuckerberg a reconnu que son réseau social était en retard en matière de lutte contre les interférences lors de la présidentielle américaine de 2016 et s’est dit « confiant » de pouvoir « protéger l’intégrité » de la prochaine élection, dans une interview à la BBC jeudi.