Le PS et le SPD affichent leur unité face à la crise de l'euro

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

D'un côté deux dirigeants qui se détestent, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, mais qui mènent une politique assez proche, de l'autre des sociaux-démocrates préparant un "programme commun" européen en toute complicité: c'est l'image que le PS français voulait renvoyer mardi en accueillant une délégation du SPD allemand, avec à sa tête son chef Sigmar Gabriel.