La justice française requalifie le contrat d’un chauffeur Uber en salariat

Par

La relation de travail entre un chauffeur VTC (Voiture de transport avec chauffeur) et la plateforme Uber peut être analysée, selon la justice française, « comme un contrat de travail » et non comme une relation commerciale, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La relation de travail entre un chauffeur VTC (Voiture de transport avec chauffeur) et la plateforme Uber peut être analysée, selon la justice française, « comme un contrat de travail » et non comme une relation commerciale, a-t-on appris mardi de source judiciaire.