Deux ultras à la tête du cabinet de Robert Ménard à Béziers

Par

Élu maire de Béziers avec le soutien du FN, Robert Ménard a placé à la tête de son cabinet deux personnages sulfureux issus de l'extrême droite.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Pendant la campagne, ils avaient été aperçus dans l'entourage de Robert Ménard. Elu maire de Béziers avec le soutien du Front national, l'ancien secrétaire général de Reporters sans frontières a placé à la tête de son cabinet deux sulfureux personnages, issus d'une extrême droite que Marine Le Pen elle-même juge infréquentable : comme le révèle Midi Libre, André-Yves Beck devient directeur de cabinet ; Christophe Pacotte, chef de cabinet. 

Le premier fut l'idéologue de Jacques Bompard, maire (extrême droite) d'Orange, dont il a dirigé la communication pendant dix-neuf ans. C'est lui qui a organisé le grand ménage de la culture à Orange – lui préfère parler de « rééquilibrage » –, comme Mediapart l'a raconté dans cette enquête (censure d'ouvrages dans la bibliothèque municipale, suppressions de subventions, etc.). Il est surtout passé par deux groupuscules d'extrême droite très radicaux : il fut membre de Troisième voie et fondateur de Nouvelle Résistance, formation nationaliste-révolutionnaire active entre 1991 et 1997.

Christophe Paccotte, au centre de l'image, devenu chef de cabinet de Robert Ménard. © Capture d'écran de l'article de Midi Libre. Christophe Paccotte, au centre de l'image, devenu chef de cabinet de Robert Ménard. © Capture d'écran de l'article de Midi Libre.

Quant à Christophe Pacotte, il était devenu, en avril 2012, membre du bureau directeur du Bloc identitaire (BI). Il avait, à cette occasion, raconté son parcours sur le site de Novopress, le site d'« informations » du Bloc identitaire (lire l'entretien ici). Il y expliquait avoir « retrouvé chez les identitaires une vision politique sur des sujets fondamentaux comme l’Europe ou encore l’identité qui (lui) correspondaient pleinement »Si Robert Ménard affirme que son nouveau chef de cabinet a démissionné de ce poste, il figure toujours dans l'organigramme sur le site Internet du BI.

L'entretien de Christophe Pacotte à Novopress en mai 2012, à son arrivée dans le bureau directeur du Bloc identitaire. © Capture d'écran Novopress L'entretien de Christophe Pacotte à Novopress en mai 2012, à son arrivée dans le bureau directeur du Bloc identitaire. © Capture d'écran Novopress


Selon Midi Libre, ce recrutement est totalement assumé par Robert Ménard : « Ces polémiques n’intéressent que le petit monde des journalistes et des politiques. Moi je me suis entouré de ces personnes parce qu’elles sont extrêmement compétentes. Je sais qu’elles m’aideront à tenir mes engagements », a-t-il expliqué, en rappelant que deux des quatre membres de son cabinet ont des sensibilités bien différentes.

En octobre, Midi Libre avait déjà révélé que Robert Ménard comptait dans son équipe deux membres du Bloc identitaire, Christophe Pacotte et Arnaud Audin. « Ils nous aident dans la campagne. Ils sont les bienvenus », avait alors expliqué Ménard, confirmant l'information.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous