Brève

La grève à Europe 1 reconduite pour un 5e jour

La grève déclenchée vendredi à Europe 1, en plein rapprochement avec la chaîne d’information CNews, a été reconduite pour un cinquième jour consécutif, a appris l’AFP mardi auprès de salariés présents à l’assemblée générale.

Agence France-Presse

22 juin 2021 à 12h56

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

La grève déclenchée vendredi à Europe 1, en plein rapprochement avec la chaîne d’information CNews, a été reconduite pour un cinquième jour consécutif, a appris l’AFP mardi auprès de salariés présents à l’assemblée générale.

A l’issue de cette réunion dans la matinée, près d’une centaine de salariés ont voté la poursuite du mouvement jusqu’à mercredi 13H00 (90 votes favorables sur 95) ainsi qu’une « motion de défiance à l’encontre de Donat Vidal Revel », directeur de l’information d’Europe 1, (88 votes pour), ont-ils précisé.

Les grévistes contestent la mise à pied d’un journaliste et souhaitent la mise en place d’une clause de conscience, dispositif permettant aux journalistes de quitter leur titre avec des indemnités en cas de changement de ligne éditoriale.

La station traverse de fortes turbulences depuis l’annonce mi-mai du renforcement des liens avec Cnews, avec qui la radio partage le même actionnaire principal, le milliardaire Vincent Bolloré, qui contrôle Vivendi et sa filiale Canal+.

En mêlant sa ligne éditoriale à celle de CNews qui témoigne d’« un activisme politique fortement ancré à droite, voire parfois à l’extrême droite », Europe 1 « va perdre (...) son capital de crédibilité auprès des auditeurs », estimaient la société des rédacteurs d’Europe 1 et l’intersyndicale dans une tribune publiée la semaine dernière.

Selon un participant à l’assemblée générale mardi matin, l’ambiance était « très remontée », conséquence d’une interview d’Arnaud Lagardère, patron du groupe éponyme et président d’Europe 1, publiée lundi dans Le Figaro.

Le vote d’une motion de défiance envers le patron de l’information sanctionne le « mensonge sur le projet éditorial », sur le fait que Louis de Raguenel, transfuge de Valeurs actuelles dont l’arrivée à la rentrée 2020 avait suscité un tollé, « ne deviendrait pas chef de service » politique et qu’« il n’y aurait pas de diffusion commune avec CNews », affirme cette même source.

« Dire qu’Europe 1 passe sous la coupe de Vivendi, c’est un fantasme qui frôle le complotisme. Vincent Bolloré est un atout, pas une menace », estime pour sa part Arnaud Lagardère, qui à la fin du mois, avec la transformation juridique de son groupe, perdra son pouvoir absolu au profit de son premier actionnaire, M. Bolloré.

M. Lagardère a également dévoilé les premiers effets du rapprochement avec CNews qui s’imposera dans la grille de rentrée d’Europe 1 avec l’arrivée de Laurence Ferrari, aux commandes d’un programme de trois heures diffusé partiellement sur la chaîne d’info. Ou encore celle de Dimitri Pavlenko, co-équipier d’Eric Zemmour dans l’émission « Face à l’info », pour piloter la matinale.

cgu/may/dch

Agence France-Presse


3 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne