Dix ans après Utøya, « on ne peut laisser la haine sans réponse » (Première ministre norvégienne)

Par

Dix ans jour pour jour après le double attentat perpétré par l’extrémiste de droite Anders Behring Breivik, la cheffe du gouvernement norvégien, Erna Solberg, a affirmé jeudi que la haine ne pouvait être laissée sans réponse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dix ans jour pour jour après le double attentat perpétré par l’extrémiste de droite Anders Behring Breivik, la cheffe du gouvernement norvégien, Erna Solberg, a affirmé jeudi que la haine ne pouvait être laissée sans réponse.