A l’ONU, le Venezuela et Cuba dénoncent l’impérialisme des Etats-Unis

Par

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, accusé par des enquêteurs de l’ONU d’être à l’origine de « possibles crimes contre l’humanité », a appelé lundi le monde à lutter contre « l’hégémonie » et à « l’emporter contre les idées impérialistes ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, accusé par des enquêteurs de l’ONU d’être à l’origine de « possibles crimes contre l’humanité », a appelé lundi le monde à lutter contre « l’hégémonie » et à « l’emporter contre les idées impérialistes ».