Les Etats-Unis ont officiellement quitté le traité « Ciel ouvert »

Par

Le retrait des Etats-Unis du traité international « Ciel ouvert » (Open sky) est officiel depuis dimanche, six mois après l’annonce faite en ce sens par l’administration Trump.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Le retrait des Etats-Unis du traité international « Ciel ouvert » (Open sky) est officiel depuis dimanche, six mois après l’annonce faite en ce sens par l’administration Trump.

« Le 22 mai 2020, les Etats-Unis avaient exercé leur droit (...) en notifiant les dépositaires du traité et tous les Etats parties de leur décision de se retirer du traité », a indiqué un porte-parole du département d’Etat dans un communiqué.

« Six mois s’étant écoulés, le retrait américain a pris effet le 22 novembre 2020, et les Etats-Unis ne font plus partie du traité Ciel ouvert ».

Ce texte permet de vérifier les mouvements militaires et les mesures de limitation des armements des pays signataires.

Le président américain Donald Trump avait dénoncé ce traité signé par 34 pays et entré en vigueur en 2002, accusant Moscou de le violer.

Plusieurs pays européens, dont la France, l’Allemagne, la Belgique et l’Espagne, avaient regretté cette décision tout en disant partager les préoccupations américaines « relatives à la mise en oeuvre des dispositions du traité par la Fédération de Russie ».

« Ciel ouvert » est l’un des accords internationaux dont le président américain a décidé de retirer les Etats-Unis, après le traité sur le programme nucléaire iranien, dénoncé en 2018, et le traité INF sur les missiles terrestres de moyenne portée, abandonné en 2019.

Mediapart n’a pas participé à la rédaction de cette dépêche, qui fait partie du flux automatisé de l’Agence France-Presse (AFP). L’AFP est une agence de presse mondiale d’origine française fournissant des informations rapides, vérifiées et complètes sur les événements qui font l’actualité nationale et internationale, utilisables directement par tous types de médias. En savoir plus.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous