Virus: Merkel « inquiète » de la lenteur des discussions pour fournir le vaccin aux plus pauvres

Par

La chancelière allemande Angela Merkel s’est dite dimanche « inquiète » de la lenteur des discussions pour fournir le vaccin contre le Covid-19 aux nations les plus pauvres.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

La chancelière allemande Angela Merkel s’est dite dimanche « inquiète » de la lenteur des discussions pour fournir le vaccin contre le Covid-19 aux nations les plus pauvres.

S’exprimant en clôture du sommet virtuel du G20, elle a déclaré : « Nous allons maintenant voir avec l’Alliance du vaccin (Gavi) quand ces négociations vont commencer, parce que je suis inquiète que rien n’ait été encore fait », a-t-elle dit à la presse à Berlin.

Elle a souligné que l’Union européenne, les Etats-Unis et d’autres pays riches avaient déjà passé des accords avec des laboratoires pharmaceutiques afin de garantir leur approvisionnement en vaccins.

Les dirigeants des pays du G20 se sont engagés dimanche à « ne reculer devant aucun effort » pour fournir le vaccin aux plus pauvres.

Mais il manque toujours 3,8 milliards d’euros au budget de l’Alliance du vaccin, coalition internationale destinée à assurer une distribution équitable des vaccins et des équipements médicaux.

L’Allemagne s’est déjà engagée à verser 500 millions d’euros pour le programme mondial de vaccination, baptisé Covax, qui est co-dirigé par la Gavi.

« Le plus important pour moi est que Covax entame les négociations avec les fabricants de vaccins en utilisant l’argent qu’il a déjà collecté », a estimé Mme Merkel. « C’est la bonne chose à faire ».

Mediapart n’a pas participé à la rédaction de cette dépêche, qui fait partie du flux automatisé de l’Agence France-Presse (AFP). L’AFP est une agence de presse mondiale d’origine française fournissant des informations rapides, vérifiées et complètes sur les événements qui font l’actualité nationale et internationale, utilisables directement par tous types de médias. En savoir plus.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous