Le confinement pourrait nourrir la radicalisation (Europol)

Par

Le confinement adopté pour combattre la propagation du Covid-19 pourrait alimenter les processus de radicalisation, estime l’agence Europol, soulignant l’augmentation des violences venues de l’extrême-droite et de l’extrême gauche l’an passé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le confinement adopté pour combattre la propagation du Covid-19 pourrait alimenter les processus de radicalisation, estime l’agence Europol, soulignant l’augmentation des violences venues de l’extrême-droite et de l’extrême gauche l’an passé.