Sénégal: dispute pour l’héritage de la mobilisation contre un 3e mandat en 2011

Par

Majorité et opposition sénégalaises ont mesuré leurs forces à distance mercredi à Dakar en mobilisant des milliers de partisans autour d’un anniversaire, prétexte à défendre le président Macky Sall ou à lui interdire un éventuel troisième mandat, ont constaté les journalistes de l’AFP.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Majorité et opposition sénégalaises ont mesuré leurs forces à distance mercredi à Dakar en mobilisant des milliers de partisans autour d’un anniversaire, prétexte à défendre le président Macky Sall ou à lui interdire un éventuel troisième mandat, ont constaté les journalistes de l’AFP.

Dix ans après, majorité et opposition se sont disputé l’héritage de la contestation du 23 juin 2011, fatale à un troisième mandat du président de l’époque Abdoulaye Wade. La majorité pour louer l’action menée depuis par son successeur, l’opposition pour jurer de déjouer toute tentative de sa part de se maintenir en 2024 à la fin de son second mandat.

M. Sall, élu en 2012 face à Abdoulaye Wade et réélu en 2019, entretient le flou sur ses intentions en 2024.

Quelques milliers de personnes se sont réunies dans le quartier de Grand Yoff, à l’appel du Mouvement de défense de la démocratie (M2D), collectif militant soutenant Ousmane Sonko, pressenti comme le principal adversaire de M. Sall en cas de candidature de ce dernier.

« Dix ans après, nous sommes toujours fermement opposés à ce qu’on viole la Constitution. Macky Sall n’a pas droit à un troisième mandat. Il doit partir », a déclaré le syndicaliste de l’enseignement Dame Mbodj.

« Sénégal tampi », « les Sénégalais sont fatigués », ont scandé les manifestants, slogan en vogue depuis quelques semaines.

Simultanément, quelques milliers de personnes ont convergé vers la place de la Nation à l’appel du Mouvement du 23-Juin (M23) issu il y a dix ans de la contestation contre Abdoulaye Wade. Des organisations soutenant le président se sont jointes à l’appel, faisant valoir que leurs membres et Macky Sall lui-même avaient aussi participé aux protestations de 2011.

Les marques de soutien à Macky Sall, tee-shirts à son effigie ou pancarte à son nom, étaient omniprésentes. La ministre de l’Economie sociale Zahra Iyane Thiam a réfuté qu’il s’agisse d’une manifestation pro-Macky Sall.

« Tous les acteurs de 2011 sont là, à quelques exceptions », et les populations sont venues « plébisciter les réalisations du président », a-t-elle dit à l’AFP. Les participants à la manifestation concurrente « sont des opposants qui n’étaient pas dans la lutte en 2011 », a-t-elle assuré.

Mediapart n’a pas participé à la rédaction de cette dépêche, qui fait partie du flux automatisé de l’Agence France-Presse (AFP). L’AFP est une agence de presse mondiale d’origine française fournissant des informations rapides, vérifiées et complètes sur les événements qui font l’actualité nationale et internationale, utilisables directement par tous types de médias. En savoir plus.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous