Procès Charlie: le vétéran du jihad Peter Cherif appelé à témoigner vendredi

Par

Peter Cherif, présenté tour à tour comme un mentor des frères Kouachi, l’instigateur de l’attentat contre Charlie Hebdo, un cadre d’Al-Qaïda ou un vétéran du jihad, doit être entendu vendredi au procès des attentats de janvier 2015.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Peter Cherif, présenté tour à tour comme un mentor des frères Kouachi, l’instigateur de l’attentat contre Charlie Hebdo, un cadre d’Al-Qaïda ou un vétéran du jihad, doit être entendu vendredi au procès des attentats de janvier 2015.

Une incertitude pèse toutefois sur la tenue de l’audition de ce témoin-clé, initialement prévue le 24 septembre et reportée à la suite du malaise de l’un des accusés.

Programmée vendredi en milieu de matinée, cette audition très attendue a été repoussée une première fois à 11H30, puis à 16H30.

Ce dernier report est lié « au refus » de comparaître de Peter Cherif et à « la nécessité qu’il comparaisse », a indiqué le président de la cour d’assises spéciale de Paris, Régis de Jorna.

Actuellement incarcéré en région parisienne, après avoir été mis en examen dans un volet disjoint de l’enquête sur les attentats de janvier 2015, Peter Cherif a fait savoir ces derniers jours à l’administration pénitentiaire qu’il refusait de se rendre à la visioconférence.

La cour d’assises avait envisagé un premier temps de « passer outre » cette audition.

« Est-ce que c’est utile d’amener de force un témoin qui manifestement refuse de parler et de venir devant une visioconférence? », avait déclaré mardi le président Régis de Jorna.

Plusieurs avocats, de la partie civile comme de la défense, se sont toutefois opposés à l’annulation de son audition.

« C’est une question de principe. Même s’il refuse de s’exprimer, il doit être entendu. Ce n’est pas lui qui décide », a jugé Jean Chevais, avocat de l’un des accusés.

De nouveau interrogé jeudi sur un éventuel mandat d’amener décerné à Peter Cherif, le président de la cour a indiqué que « toutes les indications ont été données à la maison d’arrêt pour que la visioconférence puisse avoir lieu ».

Présenté comme un possible commanditaire de la tuerie de Charlie Hebdo, Peter Cherif avait été arrêté en décembre 2018 à Djibouti avec sa femme et leurs deux enfants et placé en détention dans l’attente de son procès pour association de malfaiteurs terroristes.

Peter Cherif partageait avec les frères Saïd et Chérif Kouachi le même mentor, Farid Benyettou, ancien prédicateur de la « filière des Buttes-Chaumont », qui acheminait des jihadistes vers l’Irak.

Il a également fréquenté à la prison de Villepinte le futur tueur de l’Hyper Cacher, Amédy Coulibaly, et deux des accusés au procès, Amar Ramdani et Nezar Mickaël Pastor Alwatik.

Mediapart n’a pas participé à la rédaction de cette dépêche, qui fait partie du flux automatisé de l’Agence France-Presse (AFP). L’AFP est une agence de presse mondiale d’origine française fournissant des informations rapides, vérifiées et complètes sur les événements qui font l’actualité nationale et internationale, utilisables directement par tous types de médias. En savoir plus.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous