Réforme de l’asile: très fortes réticences du groupe de Visegrad, Hongrie en tête

Par

Trois dirigeants du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne et République tchèque) ont exprimé leurs très fortes réticences à la proposition de réforme de l’asile présentée la veille par Bruxelles, Viktor Orban, affirmant qu’elle ne constituait « pas une percée ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Trois dirigeants du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne et République tchèque) ont exprimé leurs très fortes réticences à la proposition de réforme de l’asile présentée la veille par Bruxelles, Viktor Orban, affirmant qu’elle ne constituait « pas une percée ».