Brève

Sommet de l’UE: la Turquie déplore des conclusions « éloignées des attentes »

La Turquie a exprimé sa déception vendredi concernant les conclusions du sommet européen critiquant Ankara pour ses atteintes à l’Etat de droit, déplorant en outre l’absence de progrès sur la modernisation d’un accord d’union douanière.

Agence France-Presse

25 juin 2021 à 12h33

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

La Turquie a exprimé sa déception vendredi concernant les conclusions du sommet européen critiquant Ankara pour ses atteintes à l’Etat de droit, déplorant en outre l’absence de progrès sur la modernisation d’un accord d’union douanière.

Lors d’un sommet du Conseil européen à Bruxelles, les dirigeants du bloc ont exprimé jeudi leur « préoccupation » concernant les atteintes aux droits fondamentaux en Turquie, en pleine dérive autoritaire du président Recep Tayyip Erdogan.

Ils ont aussi proposé de rallonger de plusieurs milliards d’euros l’aide financière fournie à la Turquie pour l’accueil de près quatre millions de Syriens.

Mais les critiques concernant l’Etat de droit et l’absence d’engagements concrets sur certains points, comme la modernisation de l’union douanière entre Ankara et l’Union européenne, ont déçu la Turquie, qui avait tendu un rameau d’olivier aux pays européens avant ce sommet.

« Les conclusions (du sommet européen) concernant la Turquie sont éloignées des mesures attendues et nécessaires », a ainsi réagi vendredi le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

« La Turquie a fait bien plus que ce qui lui incombait pour faire baisser les tensions et relancer le dialogue et la coopération », a ajouté le ministère, reprochant à l’UE son « absence de bonne volonté ».

Le ministère turc a aussi estimé que « réduire la coopération migratoire à ses aspects financiers est une grosse erreur » et appelé à une « coopération plus étroite ».

Les relations entre la Turquie et l’UE se sont fortement dégradées depuis 2016, notamment en raison de la répression implacable du président Erdogan contre toute forme de contestation après une tentative de putsch le visant.

Les missions d’exploration gazière menées par Ankara dans les eaux grecques et chypriotes en Méditerranée orientale, la présence de militaires turcs en Libye et le rapprochement entre la Turquie et la Russie ont aussi ajouté à ces tensions.

De plus en plus isolé sur le plan diplomatique et traversant des difficultés économiques, Ankara a cependant multiplié les appels au calme ces derniers mois.

Agence France-Presse


1 commentaire

Aujourd’hui sur Mediapart

International — Reportage
par Nejma Brahim
France — teaser.category.dossier
par La rédaction de Mediapart
International — Enquête
par Justine Brabant et Sonia Rolley (RFI)
Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne