En Polynésie française, Macron attendu sur les conséquences des essais nucléaires

Par

Le président français Emmanuel Macron est arrivé dimanche en Polynésie française pour une visite de quatre jours, où il est notamment attendu sur l’épineuse question des conséquences sanitaires des essais nucléaires menés dans la région par l’Etat français pendant quatre décennies.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Le président français Emmanuel Macron est arrivé dimanche en Polynésie française pour une visite de quatre jours, où il est notamment attendu sur l’épineuse question des conséquences sanitaires des essais nucléaires menés dans la région par l’Etat français pendant quatre décennies.

Arrivé de Tokyo où il a assisté à l’ouverture des JO, Emmanuel Macron a été accueilli sur l’île de Tahiti par deux Orero, des artistes spécialisés dans l’art déclamatoire en tahitien. Les adolescents lui ont souhaité la bienvenue en soulignant que le peuple polynésien « attendait ses paroles » et « croyait en l’espérance ».

Le chef de l’État, dont c’est le premier déplacement dans cet archipel du Pacifique sud grand comme l’Europe, avait dû reporter une visite prévue en 2020 en raison de la pandémie.

« Je veux lancer un message très fort pour appeler chacune et chacun à se faire vacciner parce qu’on le voit sous toutes les latitudes: quand on est vacciné, on est protégé et on ne diffuse quasiment plus, en tout cas beaucoup moins, le virus », a-t-il déclaré face aux soignants du Centre Hospitalier de Papeete, capitale de l’île.

Si les habitants de l’archipel sont mitigés sur les vaccins, ils sont aussi préoccupés par l’héritage empoisonné des essais nucléaires menés par la France dans la région entre 1966 et 1996. Le Collectif du 17 juillet prévoit au moins trois manifestations durant la visite présidentielle.

« La Polynésie a quand même prêté son île pour des essais nucléaires pour la métropole et je pense que c’est normal qu’il vienne s’intéresser à l’après-nucléaire. Surtout qu’ici nous avons quand même beaucoup de gens qui ont des soucis de santé », assure Sylvana Deane, créatrice de bijoux installée à Papeete.

« Selon nos données de la Caisse de Prévoyance Sociale (sécurité sociale locale, NDLR), les Polynésiennes âgées de 40 à 50 ans ont le taux de cancers de la thyroïde le plus important du monde », explique Patrick Galenon, ex-président du conseil d’administration de la CPS.

La thyroïde étant un organe sensible et les rayons ionisants ont, selon M. Galenon, un effet important in utero et dans les premières années de la vie. Il estime que la CPS a dépensé 670 millions d’euros pour les maladies radio-induites depuis 1985, et souhaite le remboursement de ces dépenses par la France.

Au cours de sa visite, Emmanuel Macron se rendra sur l’île d’Hiva Oa pour appuyer la candidature des îles Marquises à l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco.

Il aura aussi l’occasion d’évoquer l’importance stratégique de l’archipel, et les défis climatiques qu’il rencontre.

Mediapart n’a pas participé à la rédaction de cette dépêche, qui fait partie du flux automatisé de l’Agence France-Presse (AFP). L’AFP est une agence de presse mondiale d’origine française fournissant des informations rapides, vérifiées et complètes sur les événements qui font l’actualité nationale et internationale, utilisables directement par tous types de médias. En savoir plus.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous