ONU: la future ambassadrice américaine se défend d’être faible avec la Chine

Par

L’ambassadrice nommée par Joe Biden pour représenter les Etats-Unis à l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, a dû se défendre mercredi de toute faiblesse ou complaisance à l’égard de la Chine, sur fond de polémique sur un discours prononcé en 2019.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’ambassadrice nommée par Joe Biden pour représenter les Etats-Unis à l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, a dû se défendre mercredi de toute faiblesse ou complaisance à l’égard de la Chine, sur fond de polémique sur un discours prononcé en 2019.