Brève

Moscou critique l’usage d’un drone militaire turc en Ukraine

La Russie s’est indignée mercredi de l’emploi par les forces de Kiev d’un drone d’attaque de fabrication turque contre les séparatistes prorusses de l’Est de l’Ukraine, dénonçant un risque pour la stabilité sur le front.

Agence France-Presse

27 octobre 2021 à 18h35

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

La Russie s’est indignée mercredi de l’emploi par les forces de Kiev d’un drone d’attaque de fabrication turque contre les séparatistes prorusses de l’Est de l’Ukraine, dénonçant un risque pour la stabilité sur le front.

L’armée ukrainienne a publié mardi soir une vidéo montrant un tir sur une cible au sol depuis les airs. L’explosion déclenche une panache de fumée tandis que des individus sont visibles en train de courir autour du site.

Selon Kiev, il s’agit « de la première utilisation de combat » d’un drone Bayraktar TB2, un engin de conception turque qui sert également de moyen de reconnaissance.

L’armée ukrainienne affirme avoir détruit grâce à ce tir un canon Howitzer D-30 des rebelles prorusses, en riposte, selon Kiev, à des tirs de cette batterie d’artillerie ayant fait un mort et un blessé parmi les soldats ukrainiens.

Mercredi, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a affirmé que la Russie vérifiait, y compris avec les autorités séparatistes, les affirmations ukrainiennes.

« Aucune victime en lien avec l’usage de (drone) Bayraktar n’a été établie mais cette histoire doit faire réfléchir ceux qui écoutent les caprices de Kiev disant qu’il faut l’intégrer à l’Otan », a ajouté M. Lavrov lors d’une conférence de presse.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a lui estimé que la livraison de telles armes à Kiev pouvait mener à « une déstabilisation de la situation » sur le front, tout en soulignant que Moscou entretenait de « bonnes relations » avec Ankara.

Ces dernières années, la Turquie a livré plusieurs drones militaires à l’Ukraine, un domaine dans lequel Ankara veut devenir l’un des principaux producteurs mondiaux. Kiev a même annoncé début octobre la construction sur son territoire d’une usine de drones turcs.

Cette coopération militaire irrite Moscou, qui entretient avec la Turquie des relations solides, notamment commerciales, tout en étant en concurrence avec elle dans plusieurs régions du globe.

L’Ukraine utilise des drones Bayraktar TB2, modèle phare de Baykar qui a été employé dans les conflits en Syrie, en Libye et au Nagorny Karabakh. Selon des médias, Kiev prévoit d’en acheter au total une cinquantaine.

L’est de l’Ukraine est depuis 2014 en proie à une guerre qui a fait plus de 13.000 morts entre les forces de Kiev et des séparatistes prorusses, dont le Kremlin est considéré comme le parrain militaire malgré ses dénégations.

Mercredi, l’armée ukrainienne a accusé les séparatistes prorusses d’avoir procédé dans la journée à des tirs d’artillerie et d’avoir lancé une attaque au drone contre les positions ukrainiennes.

Un soldat ukrainien a été tué dans cette attaque, selon la même source.

Des accords de paix conclus en 2015 ont largement fait diminuer les violences, même si des échauffourées ont lieu périodiquement.

Agence France-Presse


1 commentaire

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne