Amnesty épingle Paris sur l’usage d’armes françaises dans la répression au Liban

Par

Amnesty International a appelé jeudi la France à suspendre ses ventes d’armes au Liban, affirmant que des grenades lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des lance-grenades de fabrication française étaient utilisées par les forces de l’ordre du pays pour réprimer des manifestations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Amnesty International a appelé jeudi la France à suspendre ses ventes d’armes au Liban, affirmant que des grenades lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des lance-grenades de fabrication française étaient utilisées par les forces de l’ordre du pays pour réprimer des manifestations.