France: des femmes et filles de harkis contre la panthéonisation de Gisèle Halimi

Par

Un collectif de femmes et de filles de harkis, auxiliaires de l’armée française lors de la guerre d’Algérie, s’oppose à l’éventuelle entrée au Panthéon de l’avocate Gisèle Halimi, qui s’était mobilisée en faveur des militants indépendantistes algériens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un collectif de femmes et de filles de harkis, auxiliaires de l’armée française lors de la guerre d’Algérie, s’oppose à l’éventuelle entrée au Panthéon de l’avocate Gisèle Halimi, qui s’était mobilisée en faveur des militants indépendantistes algériens.