France: une ministre sur la sellette pour avoir critiqué « l’insulte à la religion »

Par

La ministre française de la Justice Nicole Belloubet a été accusée mercredi de défendre le délit de blasphème en déclarant que l’insulte contre une religion constituait « une atteinte à la liberté de conscience », dans un pays fier de ses principes laïcs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La ministre française de la Justice Nicole Belloubet a été accusée mercredi de défendre le délit de blasphème en déclarant que l’insulte contre une religion constituait « une atteinte à la liberté de conscience », dans un pays fier de ses principes laïcs.