Mort de 44 détenus au Tchad: une ONG dénonce des « mauvais traitements »

Par

Quarante-quatre prisonniers morts en détention au Tchad en avril après une offensive contre le groupe jihadiste Boko Haram étaient de simples civils et ont succombé à des « mauvais traitements », asphyxiés dans une cellule exigüe, affirme une ONG locale, ce que dément lundi le gouvernement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quarante-quatre prisonniers morts en détention au Tchad en avril après une offensive contre le groupe jihadiste Boko Haram étaient de simples civils et ont succombé à des « mauvais traitements », asphyxiés dans une cellule exigüe, affirme une ONG locale, ce que dément lundi le gouvernement.