Borrell (UE) met en garde contre l’influence turque sur les routes migratoires en Libye

Par

La Turquie va pouvoir exercer son influence sur la route migratoire partant de Libye, grâce à sa forte présence dans ce pays, a mis en garde jeudi le chef de la diplomatie européenne dans le quotidien El Pais.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

La Turquie va pouvoir exercer son influence sur la route migratoire partant de Libye, grâce à sa forte présence dans ce pays, a mis en garde jeudi le chef de la diplomatie européenne dans le quotidien El Pais.

« La Turquie est actuellement très présente en Libye et est devenue un acteur incontournable » dans ce pays, a souligné Josep Borrell dans cet entretien.

Et grâce aux « bases navales » dont elle pourra disposer en Libye « face aux côtes italiennes », la Turquie « va avoir une influence sur la route migratoire en Méditerranée centrale comme c’est déjà le cas en Méditerranée orientale », a insisté l’Espagnol.

De leur côté, les Européens ont « été très divisés et cela a un prix », a-t-il regretté.

Lors de la guerre entre pouvoirs rivaux en Libye en 2019 et 2020, jusqu’au cessez-le feu d’octobre, la Turquie a soutenu activement le Gouvernement d’union nationale (GNA), installé à Tripoli et reconnu par l’ONU, face au maréchal Haftar, appuyé notamment par la Russie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait signé avec le GNA en novembre 2019 un accord de coopération militaire et un accord de délimitation maritime qui permet à la Turquie de faire valoir des droits sur de vastes zones en Méditerranée orientale, riches en hydrocarbures et convoitées par d’autres pays.

Les relations entre la Turquie et l’UE se sont fortement dégradées depuis 2016, des tensions alimentées notamment par les missions d’exploration gazière menées par Ankara dans les eaux grecques et chypriotes en Méditerranée orientale ou par la présence de militaires turcs en Libye.

Dernier épisode de ces tensions, l’UE a condamné mardi les « annonces inacceptables » du président turc sur Chypre, principal obstacle à une normalisation des relations avec Ankara, et menacé de prendre des mesures de rétorsion.

Le président Erdogan s’est rendu à Chypre-Nord le 20 juillet, date anniversaire de l’opération qui a conduit à la partition de l’île, et s’est prononcé pour une solution à deux Etats, rejetée par l’UE. Il a également soutenu le projet de réouverture de l’ancienne station balnéaire de Varosha, fuie par ses habitants en 1974 et entourée de barbelés par l’armée turque.

Mediapart n’a pas participé à la rédaction de cette dépêche, qui fait partie du flux automatisé de l’Agence France-Presse (AFP). L’AFP est une agence de presse mondiale d’origine française fournissant des informations rapides, vérifiées et complètes sur les événements qui font l’actualité nationale et internationale, utilisables directement par tous types de médias. En savoir plus.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous