Togo: deux représentants de l’opposition arrêtés, leur mouvement dénonce des « intimidations »

Par

Un mouvement de l’opposition togolaise, la DMK, a dénoncé dimanche les « intimidations » et le « harcèlement judiciaire » dont il est victime, après l’interpellation ce week-end de deux de ses membres, dont Brigitte Adjamagbo-Johnson, grande figure de l’opposition togolaise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un mouvement de l’opposition togolaise, la DMK, a dénoncé dimanche les « intimidations » et le « harcèlement judiciaire » dont il est victime, après l’interpellation ce week-end de deux de ses membres, dont Brigitte Adjamagbo-Johnson, grande figure de l’opposition togolaise.