Paris: mise à l’abri de 600 personnes installées place des Vosges

Par

Les opérations de mise à l’abri des 600 sans-abri présents sur la chic place des Vosges, au coeur de Paris, « ont commencé » vers deux gymnases et un hall d’exposition, a annoncé à l’AFP Léa Filoche, adjointe à la maire chargée des solidarités.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Les opérations de mise à l’abri des 600 sans-abri présents sur la chic place des Vosges, au coeur de Paris, « ont commencé » vers deux gymnases et un hall d’exposition, a annoncé à l’AFP Léa Filoche, adjointe à la maire chargée des solidarités.

L’élue a renvoyé vers l’Etat la responsabilité de trouver une « solution pérenne » de logement.

« Les sans-abri vont être renvoyés vers deux gymnases et le Paris Event Center », une halle d’exposition transformée en structure d’accueil d’urgence, a expliqué Mme Filoche.

« On est encore une fois dans une situation d’urgence », se désole l’adjointe à la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo. « L’Etat doit trouver des solutions dignes d’hébergement, c’est son travail », a-t-elle expliqué.

Au total, « autour de 600 personnes », selon les chiffres communiqués par la mairie, dont « des primo-arrivants, des gens légalement présents sur le territoire, globalement un public en grande précarité », étaient présentes jeudi soir. Des petit-déjeuners ont été distribués vendredi matin par les services municipaux.

Près de 200 autres, majoritairement des hommes seuls, ont été expulsés dans l’après-midi de la place des Vosges par de nombreux policiers, a constaté un journaliste de l’AFP.

Ils ont été séparés en plusieurs groupes et accompagnés par les forces de l’ordre dans une station de métro proche. Les policiers les ont alors interdit d’en sortir, en les incitant à quitter les lieux sans leur proposer de solutions de relogement.

Jeudi à 13H00 (11H00 GMT), en quelques minutes seulement, 300 tentes avaient été installées sur les pelouses de la place des Vosges, réparties en trois espaces « familles », « hommes seuls » et « mineurs ».

« Nous avons choisi ce lieu car c’est un lieu touristique. Nous voulons montrer une autre face de Paris. Rendre visibles les invisibles, aussi dans les quartiers chics », avait expliqué à l’AFP Pierre Mathurin, coordinateur d’Utopia 56 Paris, une association d’aide aux migrants.

« Au vue du nombre croissant de personnes qui ne trouvent pas de solutions d’hébergement, il faut le faire savoir » publiquement, a appuyé Mme Filoche.

Mediapart n’a pas participé à la rédaction de cette dépêche, qui fait partie du flux automatisé de l’Agence France-Presse (AFP). L’AFP est une agence de presse mondiale d’origine française fournissant des informations rapides, vérifiées et complètes sur les événements qui font l’actualité nationale et internationale, utilisables directement par tous types de médias. En savoir plus.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous