Pourquoi y a-t-il des dépêches de l’Agence France-Presse sur Mediapart ?

Stade de France: FFF et UEFA évaluent à 2.800 les « faux billets scannés » samedi (source proche du dossier)

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

La Fédération Française de Football et l’UEFA ont évalué à « 2.800 » le nombre « de faux billets scannés » samedi au Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions, ont dit mardi à l’AFP des sources proches du dossier confirmant une information de RMC Sports.

La FFF et l’UEFA ont donné cette évaluation lors de la réunion lundi au ministère des Sports destinée à tirer les leçons du fiasco de cette rencontre. Mais parmi ces 2.800 faux billets, peuvent figurer des vrais billets ayant été mal activés, selon l’avocat Pierre Barthélémy, interrogé par l’AFP.

Lundi, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait évoqué une fraude « massive, industrielle et organisée » de billets qui serait à l’origine du chaos, évoquant 30.000 à 40.000 supporters anglais au Stade de France « soit sans billet, soit avec des billets falsifiés ». Mais le ministre s’était contenté de donner un pourcentage de « 70% » de faux billets papiers détectés au pré-filtrage côté anglais, sans donner de chiffre.

Les 2.800 « faux billets scannés », selon les sources proches du dossier, sont un chiffre « à prendre avec précaution », selon Me Barthélémy, avocat de groupes de supporteurs français et présent au match samedi soir.

« Il fallait activer les billets électroniques, et il y a eu des pannes, des bugs informatiques au niveau des portiques qui ont fait que certains vrais billets ont été scannés comme faux », explique-t-il.

« J’en veux pour preuve le témoignage de Robertson, le joueur de Liverpool, qui a offert des billets officiels à des proches. Une fois aux tourniquets, on leur a dit que ces billets étaient des faux », a rappelé Pierre Barthélémy.

Une enquête a été confiée à la police judiciaire parisienne sur la fraude de billets présumée et l’UEFA a ouvert de son côté une enquête indépendante pour faire la lumière sur les incidents de samedi.

« Les enquêtes (...) vont établir l’exactitude des faits, les volumes, trafic ou pas trafic, l’origine de ce trafic, et ce qui s’est passé exactement », a déclaré la ministre des sports Amélie Oudéa-Castera en marge d’une visite au comité d’organisation des JO de Paris. « On a tous besoin de comprendre », a-t-elle ajouté.

Agence France-Presse

Mediapart n’a pas participé à la rédaction de cette dépêche, qui fait partie du flux automatisé de l’Agence France-Presse (AFP).

L’AFP est une agence de presse mondiale d’origine française fournissant des informations rapides, vérifiées et complètes sur les événements qui font l’actualité nationale et internationale, utilisables directement par tous types de médias.

Mediapart est actuellement en accès libre : profitez-en et faites-le savoir ! Découvrez tous nos contenus gratuitement C’est l’occasion pour celles et ceux qui ne nous connaissent pas de découvrir un journal totalement indépendant et sans publicité qui ne vit que de l’abonnement de ses lecteurs.
L’information est la première force sur laquelle nous devons compter. Une information de qualité, au service du public, soucieuse de l’intérêt général.
Articles, contenus vidéos, podcasts, enquêtes, dossiers... : découvrez-les et jugez par vous-même.
Si vous souhaitez nous soutenir et prolonger votre lecture après la période d’accès-libre abonnez-vous !

Soutenez-nous